Assurance-vie image

Assurance-vie : un investissement avantageux

L’ assurance-vie reste la meilleure solution permettant d’investir dans les SCPI avec une fiscalité particulièrement avantageuse. Grâce à ce produit, l’épargnant pourra transmettre son patrimoine à ses enfants ou à ses proches après sa mort. Il pourra également utiliser l’épargne accumulée pour préparer sa retraite. Le point sur les avantages des contrats d’assurance-vie.

Pourquoi souscrire un contrat d’assurance-vie ?

Fiscalement parlant, l’assurance-vie est bien plus intéressante que le livret d’épargne classique. Contrairement à ce que pensent certaines personnes, cette solution d’épargne n’est pas réservée aux seniors, puisque tout le monde peut en bénéficier. Grâce à ce produit, il est possible de mettre de l’argent de côté et se constituer une épargne pour préparer sa retraite ou financer l’étude de ses enfants.

Bien entendu, c’est seulement après le décès de l’assuré que le(s) bénéficiaire(s) (héritiers, conjoints, amis, proches ou associations) pourront percevoir le capital restant. Le plus difficile sera de trouver un contrat d’assurance-vie adapté aux besoins de l’épargnant. En tout cas, il est toujours possible de consulter un comparatif pour effectuer le bon choix.

Assurance-vie : une fiscalité avantageuse

Le retrait (partiel ou total) d’un contrat d’assurance-vie permet de bénéficier de différents avantages fiscaux notamment pour un contrat de plus de 8 ans. Bien entendu, cette fiscalité dépendra de la date d’ouverture du contrat, de la date à laquelle le rachat a été effectué et l’ancienneté du contrat.

Les plus-values de l’épargne seront défiscalisées dans l’hypothèse où le souscripteur a racheté en totalité ou partiellement son capital huit ans après la souscription d’un contrat. Dans ce cas, l’épargnant pourra profiter d’un abattement fiscal annuel de 4 600 € s’il vit seul ou de 9 200 € s’il est en couple.

Si le retrait est effectué avant la fin de la quatrième année et si le rachat ou le dénouement du contrat a eu lieu entre 4 et 8 ans, le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) s’élève à 35 % et 15 %.

Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi des finances, le PFU ou le prélèvement forfaitaire unique de 30 % s’applique aux revenus des contrats d’assurance-vie de moins de 8 ans si l’encours excède les 150 000 € pour un célibataire et 300 000 € pour un couple marié soumis à une fiscalité commune.

Quoi qu’il en soit, les souscripteurs peuvent toujours opter pour le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Percevoir un revenu régulier pour sa retraite

Il est possible de retirer le capital de son contrat d’assurance-vie pour bénéficier d’une fiscalité avantageuse sur les plus-values. En clair, le souscripteur peut demander à son assureur de lui accorder une avance, une sorte de prêt qui se remboursé ultérieurement.

La bonne nouvelle c’est que l’épargne engagée par l’assuré pourra continuer de fructifier, car il n’est pas touché par ladite avance. Le plus gros avantage d’une assurance-vie reste le fait qu’elle laisse la possibilité d’encaisser un revenu complémentaire de manière régulière. Il s’agit d’une rente viagère permettant à l’assuré de préparer sa retraite.

Autrement dit, il pourra vivre de ses rentes au moment de son départ à la retraite surtout s’il a décidé de récupérer une partie de son épargne en capital et de convertir le reste en rente. En tout cas, ce sera l’assureur qui s’engage à verser cette rente viagère si l’épargnant opte pour cette solution.

En cas de décès de l’assuré, le capital restant du contrat sera reversé aux bénéficiaires (mentionnés dans la clause bénéficiaire). Outre la fiscalité d’un contrat d’assurance-vie de plus de huit ans, ce type de placements permettra au souscripteur d’effectuer des transmissions sans droit de succession.

Pour plus d’informations veuillez consulter notre site : https://www.berlaimont-immobilier.com